L’Insee a confirmé que la croissance a été nulle au deuxième trimestre. Ainsi, pour la troisième année consécutive, la croissance devrait être anémique (+ 0,4 % en 2014 comme en 2013 et 2012). La consommation des ménages ralentirait (+0,1 % après +0,3 % en 2013) tandis que l’investissement des entreprises reculerait pour la deuxième année consécutive (-0,6 % comme en 2013).

Le redémarrage poussif en Europe pèse sur nos exportations tandis que le manque de perspective au niveau national entrave l’investissement des entreprises et la consommation des ménages…