Pour la Confédération, l’objectif des Assises de la fiscalité doit être de parvenir à diminuer les prélèvements qui pèsent sur la compétitivité des entreprises.

Il est également impératif si l’on veut redonner confiance aux chefs d’entreprise et relancer l’investissement, de garantir le caractère pluriannuel des mesures incitatives et de réaffirmer la non rétroactivité en matière fiscale.

Baisser massivement le taux d’Impôt sur les Sociétés, instaurer un taux réduit d’IS sous condition d’affectation en fonds propres, mettre en place un régime fiscal préférentiel de TVA au profit du sous-traitant, renforcer les garanties du contribuable, plafonner la fiscalité directe, supprimer les taxes à faible rendement sont quelques-unes des pistes proposées par la CGPME.